Le pouvoir du marché comme levier du changement

2015-10-30_IKEARothenburg Cut Out
© Ikea

Si le géant de l’ameublement IKEA fait référence pour ses produits bon marché et son design démocratique, nous savons moins qu’il investit également des milliards dans le développement durable. Une démarche payante pour le groupe suédois.

Par Yvonne von Hunnius, 10.11.2015

Visiter le magasin IKEA de Spreitenbach avec Lorenz Isler est une véritable immersion dans la conception écologique et l’industrie de demain. « IKEA n’a d’autre choix que de miser sur la gestion durable si le groupe veut encore avoir du succès dans 50 ans », explique le responsable du développement durable chez IKEA Suisse. En 2012, le leader mondial a mis en place sa propre stratégie de développement durable « People & Planet Positive » et durci les règles de conduite IWAY applicables à ses fournisseurs – ce qui l’a conduit à se séparer de plusieurs partenaires.

Actionner des leviers puissants
Avec leurs 13 millions de visiteurs par an, les neuf magasins IKEA de Suisse attirent plus de clients que le pays ne compte d’habitants. La fréquentation mondiale de l’enseigne s’élève à 716 millions de clients par an. Cette démesure permet des effets d’échelle impressionnants : selon ses propres statistiques, IKEA a vendu 12,3 milliards de luminaires LED en 2013, permettant à sa clientèle de réduire sa facture d’énergie de 87 millions de francs par rapport à l’utilisation de lampes ordinaires. IKEA serait le premier commerce de détail à vendre uniquement des LED. « Un tel volume nous a permis de garantir à nos sous-traitants la sécurité des investissements et de diviser par deux le prix de la LED la plus vendue », explique Lorenz Isler.

2015-10-30_ikea_lorenzisler_2
Lorenz Isler, responsable du développement durable chez IKEA Suisse, lors de la visite du magasin IKEA de Spreitenbach.
© Yvonne von Hunnius

Rentabiliser les investissements
Une étude sur l’empreinte carbone d’IKEA montre qu’elle résulte majoritairement de l’extraction des matières premières et de l’utilisation des produits par les acheteurs. IKEA souhaite s’impliquer davantage dans ce domaine en prenant des initiatives visant à favoriser la gestion durable des matières premières dans le processus de production et à sensibiliser les clients. Les nombreux panneaux d’information sur l’efficacité énergétique au rayon des luminaires illustrent les efforts déployés. Entre 2009 et 2015, le groupe a investi 1,5 milliard d’euros dans les énergies renouvelables. En Suisse, les toitures de tous ses magasins sont ainsi équipées d’installations solaires. La plus vaste (à Rothenburg) mesure 9500 m² et produit 1,2 million de kilowatts par an, ce qui correspond à 50 % de la consommation du magasin ou à la consommation de 400 ménages.

IKEA étudie le moyen d’intégrer le prix du carbone dans ses décisions d’investissement et souhaite que tous les sites d’IKEA Industry soient neutres en CO2 d’ici à 2020. Ces trois dernières années, le transport de marchandises a déjà permis de réduire de 13 % les émissions de CO2 par m3. « Et IKEA ne fait jamais rien sans un calcul de rendement préalable », souligne Lorenz Isler, signifiant que le jeu en vaut la chandelle.

Ikea Rothenburg
La plus grande installation solaire d’IKEA se trouve à Rothenburg. Elle mesure 9500 m² et produit 1,2 million de kilowatts par an, ce qui couvre 50 % de la consommation du magasin et correspond à la consommation de 400 ménages.
© Ikea

Focaliser sur les labels
À lui seul, le groupe IKEA utilise 1 % des ressources mondiales de bois et 0,6 % du coton produit sur la planète. Cofondateur du label FSC pour une gestion durable des forêts, il s’est fixé pour objectif que 50 % de ses produits en bois soient certifiés FSC ou fabriqués à partir de bois recyclé d’ici à 2017, et 100 % d’ici à 2020.  IKEA et le WWF ont également lancé en 2004 l’initiative « Better Cotton » ; elle rallie aujourd’hui 190 000 producteurs de coton qui, selon les estimations du groupe IKEA, utilisent 50 % d’eau et de pesticides et 30 % de produits chimiques en moins. 

Allier design et conscience environnementale
Lors de la visite, Lorenz Isler attire l’attention sur une table Sinnerlig, dont le plateau est en liège.  

2015-10-30_SinnerligCork1
Les meubles IKEA de la série Sinnerlig conçue par Ilse Crawford utilisent une matière première renouvelable – le liège – comme alternative au bois.
© Ikea

Il explique qu’au niveau de la centrale suédoise, les équipes cherchent constamment à améliorer les produits en trouvant des alternatives au bois, au coton et au plastique – par exemple le liège ou la cellulose Lyocell. C’est ainsi que la bibliothèque Billy, le produit phare, est devenue 30 % plus légère au fil des ans. Dans un groupe tel qu’IKEA, la recherche est encadrée par des processus standardisés et les concepteurs doivent se référer à une grille pour évaluer leurs produits sur la base de critères de durabilité. Un produit qui dépasse le seuil indiqué est jugé particulièrement durable. Actuellement, moins de 50 % des produits IKEA entrent dans cette catégorie. L’objectif pour 2020 est d’atteindre 90 %. IKEA entend ainsi opposer des arguments clairs à ceux qui prétendent que la conscience environnementale est une préoccupation de riches.

À propos d’IKEA:
Le Groupe IKEA fondé en Suède par Ingvar Kamprad possède 315 magasins répartis dans 27 pays et propose quelque 9500 produits. Les magasins franchisés sont en étroite relation avec la maison mère. Le directeur actuel du groupe est Peter Agnefjäll. En 2014, IKEA a enregistré un chiffre d’affaires de 28 milliards d’euros, dont 1,46 milliard dans le secteur des produits alimentaires. Le groupe emploie 147 000 collaborateurs. Il contrôle toute la chaîne de création de valeur – stratégie d’assortiment, conception de produit, production, distribution et commerce de détail. Près de 59 % de sa production propre est localisée en Europe.

Commentaires

*
*
Sera publié avec votre commentaire.
*
Sera publié avec votre commentaire.
*
Sera publié avec votre commentaire.
*
Ne sera pas publiée.

Accéder à la nétiquette et les principes rédactionnels. Vos données seront enregistrées pendant 60 jours sur le serveur de l’Administration fédérale pour que nous puissions traiter votre commentaire.

Dernière modification 12.11.2015

Début de la page

IKEA est une entreprise pionnière avec un potentiel d’amélioration – Interview avec Thomas Breu

L’expert en développement durable Thomas Breu, de l’Université de Berne, pense que l’engagement d’IKEA est vaste, mais il formule également quelques critiques..

https://www.gruenewirtschaft.admin.ch/content/grwi/fr/home/Gruene_Wirtschaft_konkret/Marktmacht-als-Hebel-des-Wandels.html