IKEA est une entreprise pionnière avec un potentiel d’amélioration – Interview avec Thomas Breu

L’expert en développement durable Thomas Breu, de l’Université de Berne, pense que l’engagement d’IKEA estvaste, mais il formule également quelques critiques.

Interview : Yvonne von Hunnius, 10.11.2015

Thomas Breu

Le géographe Thomas Breu a participé à de nombreux projets nationaux et internationaux de recherche et de mise en œuvre. Il est aujourd’hui directeur du Centre pour le développement et l’environnement (CDE) de l’Université de Berne et dirige une école doctorale internationale spécialisée dans le changement planétaire et le développement durable.

En quoi l’entreprise IKEA vous semble-t-elle pionnière ?

Thomas Breu : En engageant des efforts dans la promotion des technologies respectueuses de l’environnement, telles que les lampes à économie d’énergie, IKEA fait office de pionnière et de « vecteur de popularisation ». La première génération de lampes basse consommation a vu le jour il y a une quinzaine d’années. Ce type de lampes contribue à préserver l’environnement, mais il est difficile de savoir dans quelle mesure – notamment en raison du fameux effet rebond, qui tend à compenser les gains d’efficacité par une augmentation de la consommation dans d’autres domaines.

En matière d’impact environnemental, quel potentiel peut encore exploiter IKEA?


Le mode de production d’IKEA, caractérisé par des distances considérables dans les chaînes d’approvisionnement et de distribution, utilise énormément d’énergie. À cela s’ajoutent les longues distances parcourues chaque année par 13 millions de visiteurs suisses pour rejoindre les magasins IKEA installés en pleine campagne.

Avez-vous des critiques à formuler à l’encontre d’IKEA ?

La stratégie de développement durable d’IKEA reprend les préoccupations centrales de l’agenda 2030 récemment adopté par l’ONU et de ses 17 objectifs de durabilité. Mais IKEA ne contribue pas au Programme d’action d’Addis-Abeba adopté par l’ONU à l’été 2015, qui concerne la fiscalité des entreprises et notamment les lacunes qui permettent de contourner l’impôt en toute légalité. Comme d’autres sociétés internationales, le groupe IKEA a recours à des pratiques légales pour optimiser sa fiscalité dans les pays où il est actif. Cette optimisation fait perdre des recettes fiscales considérables à la communauté mondiale et aux pays en développement particulièrement affectés par le changement planétaire – recettes qu’il serait urgent d’investir dans la mise en œuvre des stratégies de développement durable nationales et internationales.

Certains critiquent le fait qu’IKEA a transformé les meubles en des biens de consommation à courte durée de vie ...


IKEA évolue sur un marché hautement concurrentiel, tant au niveau du prix que de la qualité. Sa stratégie de prix bas pousse clairement à la consommation. Comparés aux produits haut de gamme, les produits IKEA ont une durée de vie plus courte et ils contribuent probablement à renforcer la mentalité du tout-jetable. Mais ils ont également pour vertu de permettre à de nombreuses familles peu favorisées, en Europe et en Amérique, d’avoir accès au marché de l’ameublement.
 
Au final, dans quelle mesure les efforts d’IKEA vous paraissent-ils ambitieux ?

IKEA s’est dotée d’une stratégie de développement durable ambitieuse et complète, qui va bien au-delà d’une campagne motivée uniquement par l’image de l’entreprise. Cette stratégie sort de l’ordinaire et elle aura certainement des effets positifs sur l’empreinte écologique de l’entreprise et sur la gestion de ses produits. Il n’empêche qu’IKEA fonctionne avec un modèle économique dont plusieurs aspects sont presque naturellement en conflit avec le développement durable. Si les mesures décidées par IKEA entendent améliorer ce modèle, elles ne pourront porter leurs fruits que si elles font l’objet d’une évaluation régulière et indépendante, portant également sur l’impact de la production dans les pays d’origine.

Commentaires

*
*
Sera publié avec votre commentaire.
*
Sera publié avec votre commentaire.
*
Sera publié avec votre commentaire.
*
Ne sera pas publiée.

Accéder à la nétiquette et les principes rédactionnels. Vos données seront enregistrées pendant 60 jours sur le serveur de l’Administration fédérale pour que nous puissions traiter votre commentaire.

Dernière modification 10.11.2015

Début de la page

https://www.gruenewirtschaft.admin.ch/content/grwi/fr/home/Gruene_Wirtschaft_konkret/Interview-Thomas-Breu.html