Integrate

La Suisse parviendra plus rapidement et plus efficacement à des modes de gestion et de consommation économes en ressources si les milieux économiques, la communauté scientifique, la société civile et les pouvoirs publics travaillent ensemble. Beaucoup d’entreprises ont déjà amélioré leur efficacité dans l’utilisation des ressources et cherchent désormais à développer des collaborations non seulement avec leurs fournisseurs, leurs concurrents et leurs clients mais aussi avec les autorités et les acteurs de la société civile. Il y a là un potentiel qu’il faut mieux exploiter encore.

© MEDIArt | Andreas Uher

Coopérer

La réussite du changement passe par un échange ouvert entre les acteurs impliqués et par une coopération axée sur les résultats et la pratique. Cependant, pour avancer vite et bien, la priorité n’est pas de créer de nouveaux canaux de dialogue mais de combiner habilement et de relier plus étroitement les plates-formes qui existent déjà. Les partenariats de projets opérationnels et thématiques impliquant tous les acteurs des filières d’approvisionnement (WWF Seafood Group, Réseau Construction durable Suisse, Table ronde sur la production durable d’huile de palme [RSPO], association entre les CFF et Mobility, Better Gold Initiative, etc.) donnent d’excellents résultats à la mise en oeuvre et pourraient servir de modèles pour les initiatives futures.

Penser et agir en réseau

Il faut adopter des approches globales et systémiques, intégrant l’ensemble des chaînes de création de valeur, tenant compte des effets de rebond et impliquant par voie de conséquence tous les acteurs concernés. L’initiative « Propositions pour une feuille de route vers un système financier durableen Suisse » et le Réseau soja suisse constituent de bons exemples en la matière.

Valoriser les atouts de la Suisse

La Suisse est bien placée pour s’imposer comme référence en matière de modes de gestion et de consommation économes en ressources dans de nombreux domaines. Malgré sa petite taille, elle est en position de donner des impulsions de portée internationale dans les secteurs où elle compte parmi les leaders mondiaux (industrie mécanique, construction d’installations, cleantech, industrie horlogère et du luxe, sciences de la vie, banque, assurance, etc.). Elle joue un rôle de premier plan dans le domaine de la normalisation, faisant preuve en particulier d’une rapidité et d’une transparence exemplaires lorsqu’il s’agit de reprendre les normes internationales (Cement Sustainability Initiative, Roundtable on Responsible Soy, Better Gold Initiative, etc.). C’est aussi un pays qui, de par les produits, technologies et approches sobres en ressources qu’il propose, a la capacité de contribuer au développement durable à l’étranger tout en gagnant denouveaux marchés (incinération de déchets, force hydraulique, transports publics, covoiturage, etc.). Il s’agit d’un pôle de recherche internationalement reconnu et d’un producteur de solutions intelligentes pour relever les défis de demain. Un État qui, fort de sa tradition de bons offices, s’engagedans le cadre des négociations internationales pour des orientations porteuses d’avenir, conformes aux objectifs de développement durable (ODD). Les apports de l’économie helvétique, ainsi que sa contribution à l’amélioration de l’efficacité des ressources, doivent être mis en avant.

Dernière modification 17.05.2017

Début de la page

https://www.gruenewirtschaft.admin.ch/content/grwi/fr/accueil/go-for-impact/Go-for-Impact/das-konzept/integrate0.html