L’innovation comme force motrice de l’économie durable

Par Ernst A. Brugger, 19.06.2015

Ernst A. Brugger

Ernst A. Brugger: Fondateur et président du conseil d’administration de BHP – Brugger und Partner AG; président du conseil d’administration de BlueOrchard SA, de Lausanne Hospitality Consulting SA, de Precious Woods Holding SA, de sanu Future Learning AG et de SV Group AG ; membre du conseil d’administration d’autres sociétés telles que BG Bonnard & Gardel Holding SA et Energie 360 Grad SA.

Dans tous les classements actuels, l’économie suisse est considérée comme l’une des cinq meilleures au monde. La compétitivité et la capacité d’innovation culminent à un niveau élevé, le marché du travail fonctionne efficacement et le choc monétaire subi récemment provoque certes des plaintes légitimes, mais également et surtout de nouvelles hausses de performance. Et ce en dépit du fait que la Suisse possède peu de ressources naturelles de grande valeur comparativement aux autres pays.

À moins que ce désavantage ne soit en réalité une chance ? Car la pénurie de ressources naturelles a toujours été – et est encore – l’un des principaux moteurs de la réussite suisse, en ce qu’elle incite à gérer les ressources avec une plus grande efficacité. Pour autant qu’il soit possible de comparer les différentes statistiques en la matière, l’économie suisse est clairement dans le groupe de tête des pays qui gèrent efficacement l’énergie, l’eau et les matières premières. Les innovations suisses dans le domaine des matériaux durables, des systèmes à économie d’énergie et des modèles de construction intelligents conquièrent des marchés partout dans le monde. Le « secteur vert » de l’économie suisse connaît une croissance plus rapide que la moyenne, marqué par un grand succès à l’exportation.

L’un des principaux ressorts de cette dynamique est l’intérêt propre des entreprises : une gestion plus efficace des ressources favorise la domination par les coûts, une démarche plus innovante confère des avantages compétitifs, la fourniture de produits et de services durables renforce les relations commerciales et l’image positive qui en résulte attire de meilleurs spécialistes et partenaires. Citons l’exemple de SV Group, l’un des leaders du marché suisse de la gastronomie collective, qui a lancé en 2013 le programme One Two We dont le but est de réduire notablement la charge environnementale des restaurants d’entreprise et des cantines. Pour un même plaisir gustatif, les menus proposés dans le cadre de ce programme contiennent moins de produits importés par avion, moins de légumes provenant de serres chauffées à l’énergie fossile et moins de viande ; ils consomment moins d’énergie et produisent moins de déchets. Cette démarche contribue à préserver le climat et l’environnement, à offrir des produits sains et à optimiser les coûts.

La capacité et la volonté d’innovation sont au cœur du développement durable. Elles peuvent être stimulées par des conditions générales propices à l’innovation, par une stratégie de recherche et de formation dans les hautes écoles tournée vers l’avenir et par un système dual de formation professionnelle à haut potentiel. Le débat actuel portant sur la nouvelle génération de parcs d’innovation en Suisse est une occasion formidable de concevoir des processus et des produits innovants et durables et, ce faisant, d’accroître la compétitivité internationale de la Suisse.

À une époque où la demande mondiale connaît une croissance à deux chiffres, le besoin global en solutions intelligentes et efficaces en termes de ressources dans le domaine des infrastructures est particulièrement impressionnant. En Chine, en Inde et au Brésil, des programmes d’infrastructures validés atteignent des montants records. Pour les dix prochaines années, le « programme d’exportation » lancé par la Chine dans le domaine des infrastructures atteint un ordre de grandeur sans aucun précédent et devrait encore être renforcé par la nouvelle « banque mondiale » asiatique. La décision des dirigeants chinois d’accompagner le processus d’urbanisation galopante de la Chine par des solutions intelligentes et permettant une gestion efficace des ressources crée une forte demande de systèmes, de produits et de prestations durables.

L’économie verte est une économie durable. Elle croît plus vite que jamais à l’échelle mondiale et les défis qu’elle pose sont une chance pour les entreprises avec des modèles commerciaux précurseurs. La part de marché de la Suisse devrait augmenter dans l’intérêt propre des entreprises et de l’économie nationale.

Remarque de la rédaction : Les contributions de la rubrique "opinions" reflètent la seule opinion de leur auteur. Toute la variété des points de vue politiques est représentée au fur et à mesure que le nombre de contributions augmente. Principes rédactionnels

*
*
Sera publié avec votre commentaire.
*
Sera publié avec votre commentaire.
*
Sera publié avec votre commentaire.
*
Ne sera pas publiée.

* Accéder à la nétiquette et les principes rédactionnels. Vos données seront enregistrées pendant 60 jours sur le serveur de l’Administration fédérale pour que nous puissions traiter votre commentaire.

 

Dernière modification 15.09.2015

Début de la page

https://www.gruenewirtschaft.admin.ch/content/grwi/fr/accueil/Opinions/opinion_brugger.html