Les infrastructures vertes, clés de l’avenir

Par Hans-Peter Egler, 01.10.2015

Hans-Peter Egler est directeur de la fondation Global Infrastructure Basel (GIB). Il a également été responsable de l’encouragement des investissements et de la promotion des exportations vers l’Amérique latine, l’Asie et l’Afrique au SECO, avant de diriger le secteur Promotion commerciale du même office. Économiste de formation, il a une longue expérience de la coopération internationale et des questions de durabilité.

Les infrastructures – voies de communication, hôpitaux, écoles, installations de valorisation des déchets, d’alimentation en eau potable, d’épuration des eaux usées et de production d’électricité, sans oublier les ports et les aéroports – sont la base de notre développement économique et social. Elles ont une influence directe et indirecte sur la prospérité de l’économie, sur le bien-être de la société et sur l’environnement. L’OCDE estime les besoins mondiaux en matière d’investissements à 53 trillions de dollars US, soit 2,5 % du produit intérieur brut mondial dans les seules infrastructures de transports, de télécommunications, d’eau et d’électricité. Ces chiffres mettent en évidence l’importance des équipements d’infrastructure et la nécessité de trouver des solutions d’avenir.

La Suisse doit elle aussi renouveler et développer ses infrastructures si elle veut rester un site économique attrayant et compétitif. Les besoins accrus en termes d’infrastructures sont d’ailleurs induits par la croissance démographique, le développement économique, l’urbanisation, le progrès technique et l’obsolescence des infrastructures existantes.

Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), les villes sont responsables de 70 % des émissions de gaz à effet de serre et de 70 % de la consommation d’énergie dans le monde. Les mesures liées à l’économie verte sont donc particulièrement prometteuses lorsqu’elles concernent les infrastructures des villes. N’oublions pas que la manière dont nous développons nos zones urbaines détermine notre empreinte écologique, qui est fonction de notre consommation d’énergie et de ressources naturelles. Si nous continuons à développer nos infrastructures de façon inconsidérée, nous nous exposons à de graves risques environnementaux et éventuellement à des coûts élevés de réparation.

Comment la Suisse peut-elle contrer cette tendance ? Le fait de prendre en compte des aspects environnementaux mais aussi des éléments sociaux pour les projets de construction et de modernisation d’infrastructures a des effets bénéfiques sur l’environnement et sur la société. L’utilisation efficace de l’énergie et des ressources permet en effet non seulement de préserver les ressources et de réduire les émissions, mais aussi de diminuer les frais d’exploitation. Les infrastructures qui intègrent les principes de l’économie verte influencent en outre positivement la production de biens et de services, par la chaîne d’approvisionnement, ce qui renforce encore la croissance verte de l’économie et encourage la création d’emplois verts.

La prise en compte des aspects environnementaux et de leurs effets joue par ailleurs un rôle déterminant dans la gestion des risques : les risques qui deviennent de plus en plus fréquents en raison des changements climatiques, comme les crues, doivent être intégrés suffisamment tôt dans la planification des infrastructures, afin d’éviter que des dommages ne surviennent voire que des vies humaines ne soient mises en danger.

Une chose est claire : les infrastructures vertes, en particulier celles situées en zone urbaine, sont économiquement efficaces et contribuent à la réduction des risques. Simultanément, elles ont des effets bénéfiques sur l’environnement et sur la société. Ces effets peuvent même être décuplés – à condition qu’il existe des conditions favorables à l’économie verte – pour notre bien et le bien des générations futures.

Remarque de la rédaction : Les contributions de la rubrique "opinions" reflètent la seule opinion de leur auteur. Toute la variété des points de vue politiques est représentée au fur et à mesure que le nombre de contributions augmente. Principes rédactionnels

Commentaires

*
*
Sera publié avec votre commentaire.
*
Sera publié avec votre commentaire.
*
Sera publié avec votre commentaire.
*
Ne sera pas publiée.

*Accéder à la nétiquette et les principes rédactionnels. Vos données seront enregistrées pendant 60 jours sur le serveur de l’Administration fédérale pour que nous puissions traiter votre commentaire.

Dernière modification 15.10.2015

Début de la page

https://www.gruenewirtschaft.admin.ch/content/grwi/fr/accueil/Opinions/opinion_Egler.html